The Mamas And The Papas

Un peu d'histoire

< Une effusion lyrique d'affection

Hommage1

« Un rassemblement d'amis à la mémoire de John Phillips  ». C'est avec ces mots simples que Lou Adler, l'homme qui a signé et produit The Mamas and The Papas, défini la soirée hommage qui vient de commencer, au Roxy, à Los Angeles. Ce 27 mars 2001, le Papa John Phillips a recu une effusion lyrique d'affection, de la part de tous les amis et fans qui ont fait le déplacement. L'entrée est gratuite, et les musiciens présents vont vraiment donner de leur temps pour cet événement ressenti par tous comme une occasion ultime de lui redonner une immense preuve d'amour.

Depuis plusieurs heures, les fans font la queue jusqu'en bas de Sunset boulevard. Principalement une foule agée, composée de quadragénaires et plus, qui brandissent des albums, attendant devant la porte cochère les autographes des différents membres de la famille Phillips, mais aussi des célébrités présentes, comme Tim Curry, Warren Beatty, Ed Begley Jr. et Sean Lennon, petit ami de la fille de John, l'actrice Bijou Phillips. On peut les voir ensemble cette adresse.

Hommage2

À l'interieur, plus d'une douzaine de guitares accoustiques remplissent la scène devant deux impressionnantes photos couleur suspendues de John. Lorsque les lumières s'éteignent, une vidéo sur la famille Phillips et l'histoire des Mamas and Papas commence. Ensuite, des clips du Ed Sullivan Show et du Monterey Pop Festival vont notamment remontrer le groupe à ses débuts et faire applaudir le public à chaque performance.

À la fin d'un des clips, Mama Cass Elliot, l'autre grande absente de la soirée, présente John comme « un mec bien, un sacré musicien et un grand Américain !  ». Après les videos, Lou Adler revient sur scène : « Merci à tous d'être venu pour cet hommage à John Phillips, la plus grande star du rock(...)  », avant de laisser la place aux musiciens et amis. L'humeur est à la fête, surtout pas maussade.

Hommage3

Le Papa survivant, Denny Doherty, chante « Chilly Winds » avec John Stewart (Kingston Trio) et Scott McKenzie, une chanson écrite par Stewart et John Phillips. Comme la plupart des chansons ce soir-là, les voix sont rauque smais sincères.

Les filles de John Phillips, Bijou et Mackenzie, rejointes par le guitariste Shane Fontayne, viennent délivrer une version enthousiaste de « Got a Feelin » avec Sean Lennon à la batterie. Puis Mackenzie joue en solo « Fairytale Girl », un morceau de son père qu'il n'a jamais enregistré. Lorsque l'une des photos suspendues de John tombe de sa perche pendant sa performance, Mackenzie peu surprise, la récupère pour la tenir à bras tendus tout en continuant à chanter. Grand moment d'émotion.

Hommage4

Michelle Phillips, elle, vient partager les voix du fidèle Barry McGuire, de John Stewart et Denny Doherty sur « Eve of Destruction ».
John Phillips a co-écrit un jour le tube radio « Kokomo » pour les Beach Boys. Pas étonnant alors de voir Mike Love, en tee-shirt Hawaiien et casquette de basebal bien s r, monter sur la scène et l'interpréter.

Aucune des voix ne fût capable de refaire les harmoniques d'antan, mais c'est la joie plutôt qui symbolisa le plus cette soirée hommage. On se souviendra de Bijou, une fleur dans les cheveux, en transe, qui dansait à la fin du concert, comme pour montrer la nostalgie de cette époque où tout semblait possible.

D'autres photos et commentaires sur cette soirée à cette adresseEn anglais.

Traduit et inspiré d'un articleEn anglais de CHRIS RUBIN - Rolling Stone Magazine.

Philippe MARIE

...